CONTACT

contact@thesoulofeurope.com

Waarom ‘de ziel van Europa’?

Europa wordt aangevallen. We kunnen deze dreiging alleen afwenden als Europa eensgezind is. Zolang eensgezindheid ontbreekt, is Europa een speelbal van kwade machten.

Lees meer

unanimously defending human dignity

Pourquoi « l’âme de l’Europe » ?

Dit bericht is ook beschikbaar in: Nederlands (Néerlandais) English (Anglais) Deutsch (Allemand)

L’Europe est attaquée. Nous ne pourrons écarter cette menace que si l’Europe est unie. Tant que l’unanimité fait défaut, l’Europe est le jouet de puissances maléfiques. Si nous voulons resserrer nos rangs, nous devons d’abord retrouver les racines de notre civilisation européenne, l’âme de l’Europe. Ce n’est qu’ainsi que nous pourrons prendre conscience d’une identité européenne commune. C’est à partir de cette compréhension que nous devons prendre nos décisions politiques, élire nos gouvernants et formuler nos intérêts.

Le débat politique doit donc être précédé d’un débat culturel sur cette identité européenne. Tous les citoyens devraient participer à ce débat culturel. La société doit être totalement animée par l’idée de l’appartenance irrévocable des Européens. Cette sagesse vient, entre autres, de l’écrivain Stefan Zweig (1881-1942) et du dirigeant français de l’UE Jacques Delors (1925-2023). Les Européens devraient se préoccuper de l’Europe autant que de leur patrie.

Un tel débat culturel a besoin d’une avant-garde qui sache combler le fossé avec l’homme et la femme de la rue. Une avant-garde capable de vulgariser des questions complexes sans tomber dans un populisme de fausses solutions et de demi-vérités. Il n’y a pas encore de programme de ce type. La communication d’une Europe qui capte le cœur des gens n’a pas encore eu lieu, même si l’UE injecte des tonnes d’argent dans la culture. Les festivals, le cinéma, les résultats de toute cette beauté s’attardent un peu dans la classe sociale supérieure, la « bourgeoisie éduquée ». L’Europe a besoin de nouveaux contes populaires européens. Des histoires dans lesquelles nous fantasmons ensemble sur notre avenir commun.

L’identité ne vient pas de la tête mais du cœur. Et l’Europe en tant qu’Union européenne est un projet (politique) de la tête – de l’esprit – et non du cœur. Ainsi, la recherche d’identité nécessite des artistes plutôt que des penseurs, fait primer l’émotion sur la raison, l’imagination ou la fantaisie sur la perception et l’analyse. Il faut de la passion en plus de l’esprit. L’identité, c’est le moment où vous vous rendez compte de qui vous êtes et de votre place. Cela peut être une expérience bouleversante pour ceux qui cherchent leur identité.

L’identité peut être dérivée de ce qui se trouve dans votre passeport. A l’église où vous avez été baptisé(e). La langue que vous parlez. Où vous êtes né, où vous vivez, où vous travaillez. Les produits que vous utilisez. Ou à la conscience de vos origines. Aux histoires qui vous sont racontées, aux souvenirs que vous avez. L’identité se révèle dans les droits que vous avez – ou que vous n’avez pas.

Mais dans une société libérale ouverte où règne la liberté de conscience, la seule personne qui, en définitive, est responsable de votre identité, c’est vous-même. Des guerres sont menées pour permettre à chacun de choisir librement son identité. La Russie refuse ce droit aux Ukrainiens, la Chine aux Taïwanais.

Lorsque l’identité des individus est à l’interface, l’identité du groupe peut émerger. Les intérêts des groupes politiques découlent de ce sentiment d’appartenance, de ce « sens de l’appartenance ». Elles sont un dérivé rationnel du sentiment de groupe. À ce stade, l’identité devient également politiquement concrète : réelle, rationnelle, matérielle et manifeste. La suppression de l’identité d’un groupe (comme la langue et la religion) ou la marginalisation sociale d’un groupe conduit toujours à la subversion, à la résistance et à l’ébranlement de l’ordre social (sur)dominant.

Dans cette optique, la Commission européenne parle de l’Union européenne comme d’une « famille européenne » unie par des « valeurs communes ». Mais il y a pas mal de querelles politiques dans cette famille, notamment à propos de ces valeurs prétendument partagées. La notion de « famille » semble plus chaleureuse que celle d’ »État de droit », mais aussi tribale : en tant que membre de la tribu européenne (« tribu »), vous appartenez apparemment ou non à celle-ci, sur la base de critères plutôt arbitraires qui font vaguement référence à la géographie et à l’histoire culturelle, à l’ethnicité, à la religion et ainsi de suite. Les frontières de l’Europe sont discutables, non seulement sur le plan géographique, mais aussi sur le plan idéologique. Ce qui est accepté à un endroit fait dresser les cheveux sur la tête ailleurs. Ce qui passe pour de la tolérance ici, c’est la dépravation morale que l’on dénonce ailleurs.

L’ »âme de l’Europe » abrite ce qui nous unit malgré nos querelles mutuelles. Ce que nous avons en commun et que nous chérissons ensemble. Cette âme englobe notre diversité culturelle, historique et ethnographique. C’est la civilisation au sein de laquelle nous sommes solidaires. Cette unité est nécessaire à la survie de la civilisation européenne. Sans elle, l’Europe périra dans les conflits mutuels et le séparatisme.

Ce sentiment de civilisation partagée explique pourquoi le Royaume-Uni a quitté l’Union européenne sans tirer un coup de feu, alors qu’il est aujourd’hui loyal envers l’UE dans la guerre contre la Russie, en Ukraine.

Certaines autres civilisations considèrent la nôtre comme une menace. Ce n’est pas incompréhensible, car ils ont été soumis sans ménagement à l’Europe, aux nations européennes. Mais nous nous sommes repentis depuis 1945, après notre propre barbarie. Nous pensons aujourd’hui que nous faisons simplement ce qu’il y a de mieux dans le monde en proclamant ce que nous considérons comme des valeurs universelles (c’est-à-dire supérieures). Mais le reste du monde n’est pas encore convaincu. Telle est la situation.

L’unanimité est d’autant plus importante que l’Europe est attaquée, en Ukraine, pour sa quête d’autodétermination. C’est pourquoi l’Ukraine veut appartenir à l’Europe : Elle y est en sécurité. Des autocrates comme Wladimir Poutine et Xi Jinping méprisent notre mode de vie européen : Le mode de vie de la société ouverte. L’ouverture d’esprit et l’effort collectif pour l’humanité. Ils tentent de saper notre confiance dans notre société et nos institutions. C’est pourquoi nous devons défendre l’âme de l’Europe.

Qu’est-ce qui fait que l’Europe vaut la peine d’être vécue et comment pouvons-nous la défendre ? Nous cherchons des réponses à ces questions et c’est pourquoi nous vous demandons d’élever votre voix en rejoignant la conversation sur cette plateforme. Nous ne pouvons pas confier cette tâche à nos seules élites politiques. L’enjeu est trop important pour cela. Nous devons populariser et élargir le débat à l’ensemble de la population si nous voulons que la civilisation européenne relève les défis de notre époque.

Pour raconter une nouvelle histoire inspirante sur l’Europe, nous devons d’abord faire face à la situation dans laquelle nous nous trouvons. Pendant des siècles, l’Europe a dominé le monde et recréé la civilisation humaine à son image. Aucun continent n’y a échappé. L’Europe a colonisé le monde sur les plans culturel, politique et économique. Avec la science et avec l’art. Avec le commerce et l’industrie. Militaires et civils. Pour le meilleur et pour le pire. Le monde entier devient de plus en plus européen.

Le monde cosmopolite respire encore l’allure européenne, mais l’apogée de l’Europe est en train de s’éteindre. D’autres civilisations sont en train de naître. Ils ne partagent pas notre point de vue selon lequel nos valeurs sont universelles. Par exemple, que c’est avant tout la liberté individuelle qui libère une créativité inégalée. Cela crée un dynamisme économique débridé avec des innovations imparables.

L’Europe a longtemps été aveuglée par sa propre foi dans le progrès, sans se soucier des conséquences pour les autres civilisations. Mais les adversaires de l’Europe, les autocrates, sont en train de nous faire goûter à leur propre médecine. C’est le revanchisme géopolitique, ce que Vladimir Poutine et Xi Jinping complotent contre nous.

Nous devons résister à ces tentatives d’affaiblissement et d’assujettissement de l’Europe. Parce que l’Europe nous est chère. La société ouverte, avec sa liberté civile, son pluralisme politique, sa démocratie et son système judiciaire indépendant, est vulnérable. Vulnérable en raison de sa tolérance à l’égard des dissidents et de son aversion pour la répression. Vous ne pouvez pas le défendre par la répression politique, car c’est exactement l’intention de ses opposants : Cela signifie la fin de la société ouverte.

La guerre en Ukraine est une guerre culturelle contre la société ouverte. Il ne s’arrêtera donc pas à la conquête de l’Ukraine.

C’est pourquoi l’Europe doit s’armer d’une conscience culturelle. Ce faisant, nous ne devons pas tomber dans le piège de la complaisance. Nous ne devons pas nous complaire dans notre bon droit. Au contraire, nous voulons rechercher de manière critique un nouveau récit européen à partir d’un sentiment d’appartenance plus profond et d’un idéal de civilisation partagé, sans programme politique rigide mais à partir d’une attitude de base ouverte. Le stylo est une arme prête à l’emploi, mais le viseur est toujours ouvert. Aux armes ! Pax Europea : Unitum humanitatis !