MENU

Sans fioritures

Comments (0) culture, Mode de vie

Olaf Scholz (SPD) a gagné grâce aux votes des femmes plus âgées

Chantal Louis est rédactrice en chef du magazine féminin allemand EMMA. Le magazine se situe quelque part entre Linda et Opzij. Politique, émancipation des femmes. Vous trouverez ci-dessous un extrait de sa chronique sur les élections allemandes. La vérité est que l’Allemagne vieillit, comme toute l’Europe. Au fur et à mesure que la population vieillit, il y a proportionnellement plus de femmes que d’hommes car, en moyenne, les hommes meurent plus tôt en raison de leur mode de vie – bien que les femmes s’émancipent et donc commencent aussi à mourir relativement plus tôt. En s’émancipant, elles perdent leur avance en espérance de vie sur les hommes. Cependant, l’espérance de vie moyenne continue d’augmenter considérablement selon le sexe, alors ne paniquez pas. Mais : Plus de femmes et surtout plus de femmes ÂGÉES. Et ils ne veulent pas de folles aventures de transition énergétique, mais ils veulent un avenir climatique sûr pour leurs (petits) enfants. Soins et sécurité. Alors vous devez avoir un skipper comme Olaf Scholz. Dites, le genre de personne à qui vous demandez quand vous devez aller aux toilettes très rapidement : Voulez-vous tenir un instant mon sac à main ? L’une de ces personnes est Scholz. Maintenant Chantal Louis :

Source/image : https://www.emma.de/artikel/olaf-gewann-frauenherzen-338955

Les médias sont restés silencieux sur l’écart entre les sexes lors des récentes élections allemandes, mais cet écart a été décisif : pour les pertes de la CDU chrétienne-démocrate et les gains du SPD social-démocrate. L’écart entre les sexes est le plus grand dans le FDP libéral : le chef du parti Lindner a recruté deux fois moins de jeunes femmes que de jeunes hommes.
Commençons par l’erreur freudienne révélatrice de Christian Lindner. Il a triomphalement annoncé le soir des élections que son FDP est « le parti le plus fort parmi les nouveaux électeurs » ! Si vous regardez les chiffres du groupe de recherche Wahlen, vous découvrirez que ce n’est pas tout à fait vrai. Près d’un jeune électeur sur quatre (24 %) âgé de 18 à 29 ans a voté pour les libéraux de Lindner.
Cependant, nous ne parlons ici que des électeurs masculins.
Sans surprise, la majorité des jeunes femmes (26%) ont choisi la jeune femme : Annalena Baerbock. Et cela alors que Baerbock (tout comme ses deux concurrentes CDU et SPD) a omis le thème des femmes. Toujours le soir des élections, Annalena a principalement crié “Coalition pour le climat!”, Mais rien sur les femmes n’est sorti de ses lèvres. Les jeunes électeurs, pour qui la lutte contre le changement climatique est incontestablement centrale, ne l’ont évidemment pas blâmée.
Et les électeurs plus âgés, comme d’habitude, ont voté pour les Verts un peu plus souvent que les électeurs. Comme lors des élections législatives précédentes, l’écart entre les électeurs verts et masculins était de 3 % (femmes : 17 %, hommes : 14 %).
Et maintenant pour le perdant de la soirée : Armin Laschet (CDU) a non seulement perdu près de neuf pour cent des voix, mais aussi la prime aux femmes qu’Angela Merkel avait accordée à la CDU. Cette prime pour les femmes avait été un peu surprenante. Parce que depuis le début des années 1970, c’est-à-dire depuis le début du mouvement des femmes, le SPD, et non la CDU, avait une revendication permanente à favoriser auprès des électrices. Pendant plus de trois décennies, elles ont espéré en vain que les sociaux-démocrates apporteraient une politique féminine plus progressiste.
Puis la chancelière Merkel est arrivée en 2005 et pour la première fois, même la majorité des jeunes électeurs ont voté pour sa CDU.
Désormais, la prime féminine a disparu. En 2017, huit pour cent de plus de femmes que d’hommes ont voté pour le Parti du chancelier fédéral. En 2021, ce ne sera plus qu’un pour cent. Et cela dans toutes les tranches d’âge féminines. Même les femmes âgées de plus de 60 ans, toujours fidèles à la CDU, ont voté pour le parti Laschet à peine plus souvent que les hommes du même âge. Dans cette tranche d’âge, un sur trois (34%) a voté CDU, en 2017 c’était presque un sur deux (46%).
Et enfin au vainqueur de la soirée : Olaf Scholz (SPD). Il a non seulement obtenu plus de 1,6 million de votes des électeurs de la CDU, mais aussi le bonus des femmes – au moins une partie de cela. Trois pour cent de plus de femmes (27%) que d’hommes (24%) ont voté pour la féministe autoproclamée Scholz – qui, cependant, n’a pas vraiment été remarquée en tant que telle pendant la campagne électorale. Néanmoins, en 2017, moins de femmes que d’hommes ont voté pour son prédécesseur Schulz. Scholz, en revanche, a gagné – à l’exception des jeunes électeurs – parmi les femmes de tous les groupes d’âge. La plupart parmi les plus de 60 ans : ici, un tiers a voté pour le SPD (35 %). Un quart (23 %) en 2017.
La gauche et l’AfD restent. La gauche a été élue à parts égales – ou aussi peu – par les hommes et les femmes. L’AfD continue avec son excédent masculin traditionnel, mais a perdu plus d’hommes que de femmes d’ici 2021. 8 % des électeurs ont voté pour les populistes de droite (2017 : 9 %) et 12 % des électeurs (2017 : 16 %). Pour les femmes, la peur de l’islam politique a peut-être joué un rôle, pour les hommes, la présidente sûre d’elle Weidel a joué un rôle dans le départ des hommes.”

Traduit avec www.DeepL.com/Translator (version gratuite)