CONTACT

contact@thesoulofeurope.com

Waarom ‘de ziel van Europa’?

Europa wordt aangevallen. We kunnen deze dreiging alleen afwenden als Europa eensgezind is. Zolang eensgezindheid ontbreekt, is Europa een speelbal van kwade machten.

Lees meer

unanimously defending human dignity

L’UE manque d’histoires convaincantes

Dit bericht is ook beschikbaar in: Nederlands (Néerlandais) English (Anglais) Deutsch (Allemand)

L’Union a besoin d’une histoire populaire convaincante

La meilleure façon de faire face à la montée du populisme dans l’Union européenne est de populariser l’Europe. L’UE souffre d’impopularité parce qu’elle n’a pas de discours inspirant auquel chacun puisse s’identifier. Mais comment créer une telle histoire ?

Lorsque le journaliste Frans Nypels m’a engagée en 1980 comme apprentie journaliste au Haarlems Dagblad, le journal régional de ma région d’origine, il m’a enseigné un principe qui m’a toujours guidée dans l’exercice du métier de reporter : « Nous écrivons ici pour Mien à la robe à fleurs ». Elle était notre archétype du lecteur de journaux. Quelqu’un qui n’a pas plus d’éducation que l’école primaire. Femme au foyer. Femme du peuple. En termes de niveau de connaissances, de développement général, une recherche a montré qu’un enfant de 12 ans.

Mais Mien n’était pas stupide. Elle n’a tout simplement pas poursuivi ses études. Elle n’a pas eu l’occasion de le faire. Nous devions l’aider. En commençant par la prendre au sérieux.

En son nom, j’ai pris d’assaut les institutions administratives, le conseil municipal, le conseil provincial et le parlement, le tribunal, pour contrôler le pouvoir à partir de la tribune de la presse au nom de citoyens comme Mien. Nous avons demandé des comptes à l’autorité statutaire au nom de nos lecteurs. Il était de notre devoir de journaliste de sortir les gens de l’ignorance, de leur donner les moyens d’agir. L’autonomisation commence par l’information, mais de manière à ce que les gens puissent comprendre.

Les écarts sociaux sont créés par des différences d’éducation et de connaissances, mais surtout par votre lieu de naissance et d’éducation et les réseaux de contacts sociaux qui en découlent. Mais ce retard en matière de formation et de connaissances peut être comblé. Et cela commence par l’information des citoyens ordinaires.

C’est là que les institutions européennes, la Commission européenne et l’Union européenne, ainsi que les institutions et les initiatives médiatiques connexes, échouent lamentablement. Je me rends régulièrement dans un cinéma qui projette de nombreux films européens réalisés grâce aux subventions du programme européen Europe Créative MEDIA. Le public est composé de personnes comme moi : des personnes âgées de plus de 50 ans ayant un niveau d’éducation élevé. À titre personnel, je suis depuis des années toutes sortes de projets culturels européens. Je n’ai jamais rencontré de projet qui jouisse d’une grande popularité. Et c’est ainsi que fonctionne toute la politique culturelle européenne : elle ne touche pas la grande masse de la population, à quelques exceptions près. Je mentionne le concours Eurovision de la chanson et les championnats européens de football.

L’exclusivité de la politique culturelle européenne fait partie d’un phénomène plus large et généralisé qui rend la culture, l’art, inaccessible aux masses. La culture populaire tend beaucoup plus souvent à devenir élitiste, « classique », au fil du temps, plutôt que de passer de l’élitisme à la popularité. Par exemple, assister à la Passion selon saint Matthieu de Jean-Sébastien Bach à Pâques aux Pays-Bas est considéré comme un rituel de bon goût réservé à quelques privilégiés. Jusqu’à ce qu’un média chrétien, l’Evangelische Omroep, décide d’en faire une production télévisée (annuelle) dans laquelle des artistes néerlandais connus chantent la Passion de Jésus dans des genres musicaux populaires tels que la pop, le jazz, le hip-hop et le rap. La retransmission en direct de ce chemin de croix chanté, « La Passion », rassemble des dizaines de milliers de personnes et est suivie par des millions de téléspectateurs. C’est donc possible.

Alors pourquoi ne parvient-elle pas à populariser l’Europe ? Je pense que c’est parce qu’il manque à l’Europe une histoire obsédante, populaire et convaincante, de la même manière qu’il existe un conte populaire national et patriotique à raconter sur chaque pays, qui est enraciné dans l’histoire et qui est réel, vrai, mais aussi en partie mythique. Il s’agit d’un idéal romantique qui reflète le caractère populaire. Guillaume Tell, Jeanne d’Arc, le roi Arthur… Hansel Brinkers, Pinocchio, Don Quichotte. L’Europe est confrontée à des cultures populaires nationales fortement enracinées dans la langue et les traditions qui forment notre identité.

L’Europe, dans son sens le plus commun, c’est-à-dire le projet de coopération multinationale autour d’un marché commun (l’UE), n’a pas réussi à conquérir le « cœur des gens ». Les gens n’aiment pas l’Europe. On ne l’aime pas. C’est parce qu’elle manque d’inspiration. L’Union européenne n’est pas non plus sûre d’elle. Lorsque les billets de banque ont été émis dans la nouvelle monnaie européenne, l’euro, ils comportaient des ponts comme signe de connexion. Mais il ne s’agissait pas de ponts existants et reconnaissables, car les administrateurs européens avaient peur des réactions critiques : « Pourquoi votre pont et pas le nôtre ? Car les ponts célèbres sont des symboles nationaux.

La question est de savoir si c’est toujours le cas : l’incendie de Notre-Dame à Paris a ému beaucoup de monde, même en dehors de Paris et de la France. Toute l’Europe a pleuré. Notre Dame appartient à nous, Européens. Elle nous appartient à tous. Tout comme les Ramblas, la fontaine de Trevi, Unter den Linden et tous les innombrables autres sites européens que nous avons visités et pour lesquels nous avons perdu notre cœur. L’abattage du pont centenaire près de Mostar en 1993, pendant la guerre civile yougoslave, a également fait chavirer de nombreux cœurs. Et maintenant, la destruction du patrimoine culturel de l’Ukraine.

Y a-t-il un conte de fées moderne à raconter sur l’Europe ? Un conte populaire avec une morale, une épopée sur le passé, le présent et l’avenir, une bataille tolkienienne du bien contre le mal, une histoire sur l’espoir, sur l’Europe en tant que promesse d’une existence digne, une histoire que les gens se transmettront les uns aux autres ? Il était une fois un continent où les gens étaient régulièrement à la gorge les uns des autres… mais ils finirent par vivre heureux jusqu’à la fin des temps.

L’Union européenne a émergé progressivement à partir des années 1950 grâce à l’enterrement de querelles souvent séculaires qui avaient dégénéré en une barbarie sans précédent dans les années précédant 1945. L’Union n’est pas seulement un projet rationnel de gouvernance avisée parce que nous sommes plus forts ensemble, économiquement, géopolitiquement, etc. : elle a été, avant tout, notre manière de nous repentir après 1945. Elle est notre prise de conscience, notre compréhension plus profonde et notre espoir que la guerre et la misère peuvent être évitées. L’Union est une forme de civilisation, de droit opposé à l’injustice, à l’anarchie et à l’arbitraire. Elle incarne l’espoir d’une existence digne pour tous ceux qui se trouvent sur son territoire. Elle représente l’idée que nous nous faisons d’un monde meilleur.

Aujourd’hui, nous constatons qu’il s’agit d’un statu quo fragile, facilement ébranlé par les populistes qui exploitent habilement le mécontentement de la population. Un mécontentement que les politiciens en place ont ignoré pendant trop longtemps. Les élites administratives ne voient pas que leur propre programme idéologique ne rencontre pas l’adhésion des électeurs. Cette crise de confiance montre combien il est important qu’un récit politique trouve un écho auprès de l’ensemble de la population et pas seulement d’une petite partie, surtout lorsqu’il s’agit de changements substantiels et existentiels.

Telle est la tâche urgente à laquelle l’Union européenne est confrontée : ensemble, créons un récit qui mobilise l’opinion publique européenne en faveur d’un avenir sûr. Seule une Europe populaire, aimée, peut résister au populisme. Mais encore faut-il que les citoyens puissent saisir cette Europe pour s’y identifier.

Cela peut être organisé : de nos jours, tout le monde peut être connecté à tout le monde. La création de contenu médiatique n’a jamais été aussi simple. Les logiciels font tomber les barrières linguistiques en Europe. L’Europe a besoin de conteurs, en mots et en images : écrivains, poètes, musiciens, compositeurs, peintres, cinéastes, développeurs de jeux, penseurs dotés d’un esprit folklorique imaginatif. Et elle en a désespérément besoin. L’Union a besoin de contes populaires convaincants pour l’aider à façonner son avenir.

Qui participe ? Voir : www.thesoulofeurope.com.